Beyond saucisson d'âne

table corse

Alors, la Corse au-delà des clichés, ça donne quoi ?

 

Consciente des responsabilités d’une blogeuse beyondcroissantesque, ton envoyé spéciale a pris des risques énormes pour effectuer une plongée en immersion chez l’autochtone. Sexe, drogue et arnaques estivales au brocciu. Enquête exclusive 100% Corse. On est journaliste d’investigation ou on l’est pas.

A peine arrivée, je commence mon enquête de terrain chez l’habitant  la langue pendante, la salive au coin de la bouche, le regard de fouine en toute discrétion. Et, ma foi, y a pas de sushi à se faire pour le maki. Le Corse consomme local. Ma famille témoin a pour de vrai :

  • des tommes de brebis, de la farine de châtaigne et du figatelli plein le frigo ;
  • de la confiture de figues, du rosé de la région d’Ajaccio et des canistrelli dans les placards ;
  • des blettes et des pizze sur la table ;
  • des agrumes dans le jardin.

 

 

Oh, y a quand même un pot de Nutella dans un coin. Il a du s’échapper (je m’étonne juste qu’on ne l’ait pas rebaptisé Nutellu ou Nutelli car maintenent je suis bilingual corse, faut juste ajouter des –ellu ou –elli à la fin des mots).

Bref, seul le saucisson d’âne semble être un mythe. Ah si tu veux faire chic, oublie aussi le brocciu en été. Il est produit uniquement de novembre à juin. Et si tu sais ça, t’as carrément la classe pour commenter la carte des resto.

Et côté poisson ça donne quoi ? Laisse tomber les terrasses de bord de mer qui te vendent des spécialités corses à tour de bras. Tu vas te faire rouler dans la farine même-pas-de-châtaigne.

Pour une bonne bouffe, plonge plutôt dans le maquis, trouve toi une paillotte et viens t’assoir dans La Cabane du pêcheur. Il paraît que les poissons y sont bien plus affectueux. Alors vas faire un p'ti tour, respire le grand air, ...

Mais La Cabane, enfin la cabanellu, elle se mérite.

Trouve toi quelques compagnons de route. Prenez la voiture de préférence à l’heure où le soleil se couche sur les montagnes. Egarez-vous sur les routes sinueuses, ça fait partie du plaisir. Apercevez une petite maison à peine éclairée dans la vallée. Suivez l’odeur des figuiers jusqu’à la tonnelle. Asseyez-vous. Laissez-vous servir un Cap Corse...

Ne pense même pas à demander la carte. Oublie le « Et sinon, je peux avoir de la salade à la place de…. Et pour un coca… » Tsss, tsss… Tu te tais et tu attends. C’est tout. Ici le menu est unique, tout se joue autour de la langouste.

Vous serez servis par une grand-mère comme on en fait plus et son petit-fils. Attention vous aurez envie de vous faire adopter ou de les remporter avec vous (ça ne sera pas possible mais, si vous êtes sages vous aurez le droit à un tupperware). Le blanc est sec et frais. On posera d’abord devant vous un saladier de spaghettis brulants, cuits à la perfection et mêlés à une épaisse sauce rouille aux crustacés. Pas de doute c’est pas du bouillon cube. 

Faites pas les malins, n’essayez pas de finir. La suite arrive. Et la suite c’est une belle langouste par convive. Ça y est vous avez trop mangé mais tant pis, vous êtes bien sous la tonnelle. D’ailleurs le temps s’est arrêté. Un morceau de tomme. De la confiture de figue. Et puis une crème à la vanille et aux framboises.  Un café. Une liqueur de myrte. Une deuxième peut-être. Ça y est vous avez le bout du nez tout rouge ça doit être l’alcool. A moins que vous n’ayez pris un coup de soleil.

La Cabane du pêcheur

Sur la route du Golfe de Lava (D381 ?), un peu après Le Camping du Soleil en allant des terres vers le Golfe.

Pense à réserver : 04 95 22 18 95

 

Sara-ellu

(texte et photo)

Date de publication: 

Samedi, Août 3, 2013 - 09:00